• Instagram
 

Poète archiviste originaire des Laurentides, Rosemarie Laporte hybride dans sa pratique arts visuels et techniques artisanales. L’autoreprésentation et la documentation s’y tissent par l’usage de la textualité, de l’image imprimée et digitale, de l’installation et de l’art textile. Iel tente ainsi de réinterpréter des espaces intimes du quotidien, en puisant dans la mémoire que porte les lieux. Suivant une approche autobiographique, Rosemarie utilise ses expériences personnelles comme matière à récit; ses œuvres agissent donc comme espaces de vulnérabilité et de sensibilité. Le travail des femmes et la transmission de connaissances intergénérationnelles constituent également une partie de ses questionnements artistiques. Ses temps libres sont ponctués par des séances de broderie, les recettes de gâteaux de sa grand-mère et une numérisation acharnée de tout objet doux et transparent.  

chabanel45.jpg
 

les draps-empreintes

2022

Tissu, fil, impression numérique

Dimensions variables. 

 

 

Dans l'oeuvre les draps-empreintes, Rosemarie Laporte fait référence à l’espace intime et poétique de la chambre. L'écriture devient ici matérielle, alors que des poèmes s’assemblent sur des pages de tissu. Ces fragments de mémoire portent un regard sensible sur une pièce du quotidien, porteuse de douceur et de souvenirs. Suivant une approche d’autoreprésentation, l'enfance et les expériences personnelles de l’artiste inspirent les textes présentés. La broderie côtoie les points de la machine à coudre et l’impression numérique, mélangeant ainsi l’artisanat et les procédés industriels. La machine à coudre est utilisée comme outil performatif lors de l’exposition, relogeant ainsi un objet à connotation domestique dans un espace public.