ANIE-JADE GLAZER

  • Instagram
  • site
  • Facebook

Artiste multidisciplinaire originaire de l’Outaouais, mais résident maintenant à Montréal (Tiohtià:ke), Anie-Jade Glazer adopte une pratique artistique qui se situe à mi-chemin entre l’art numérique et la peinture acrylique. Faisant écho d’un bagage académique d’études en animation 3D ainsi qu’en design graphique, l'esthétisme joue un rôle crucial dans son travail. La présentation tout comme le concept sont également importants pour elle. En ce qui concerne ses thèmes abordés, le rapport entre l’univers virtuel et le monde réel est très récurrent. Les parallèles entre l’univers virtuel et le monde réel sont des thématiques qu’elle aborde de façon récurrente. L’artiste s’intéresse également à l’évolution de la société de consommation, et préfère engager des réflexions avec le public plutôt que des confrontations. La relation des humains face au monde web et les diverses possibilités dans ce non-lieu alimentent de plus les recherches d’Anie-Jade. Enfin, le geste de créer une partie de l'œuvre physiquement pour ensuite la travailler numériquement ou vice versa est l’élément clé de son processus créatif.   

 
c8b3ab16-ca3b-45d1-b198-d4f26dcf11eb.jfif
 

Porter la matière 

2021-aujourd'hui 

Modélisations 3D et projection sur tissu holographique.

Installation : Tente et litteries recyclées

Dimensions variables

Porter la matière est un défilé de mode de digital fashion qui questionne le rapport que nous entrenons avec le monde numérique. Suite à l’arrivée imminente de la nouvelle ère du web, nous seront confrontés à un univers virtuel qui à pour but d'embellir la réalité. L’importance que nous accorderons alors à notre avatar sera importante. L'oeuvre Porter la matière se veut ainsi une manifestation discrète, en proposant au public d'acheter et de porter sa collection de vêtements dans l'univers virtuel représentant les matières laides présentes où il y a de l'activité humaine (matériaux de construction, plastiques, rouilles, déchets etc.). Ces textures qui étaient assurées de ne pas être visibles dans le Metaverse le seront maintenant grâce à cette oeuvre. Il s'agit donc de rapporter la réalité du monde matériel dans cette fausse utopie numérique. 

 

Composée de deux parties, l’oeuvre est en premier une installation qui propose un défilé sous forme d'hologramme pour présenter physiquement les produits virtuels disponibles pour achat en NFTS (biens achetables en échange de cryptomonnaies). 

 

La deuxième étant le code QR qui propose au public d'essayer les vêtements grâce à des filtres Instagram et d'en faire ainsi la promotion sur les résaux sociaux.  

 

Pour les intérressé.e.s à l'achat, un deuxième code QR identifié pour ceci sera également disponible.  

* Les tenues de la collection sont vendues séparément en échange d'Etherum à un tôt fix de 0.02 sur la plateforme Opensea. Seulement 100 édissions sont disponibles par tenue.